Accueil » Toute l'actu » « Nous devons redoubler d?efforts dan...

Toute l'actu

Décembre
13
2016
« Nous devons redoubler d?efforts dans la riposte au Sida »
Arrivé au terme de la première édition du Mois Camerounais contre le Sida, le Secrétaire Permanent du Comité National de Lutte contre le Sida fait un premier bilan de l?ensemble des activités menées.

Debut | Précédente | Suivante | Fin

Dr Jean Bosco ELAT, Secrétaire Permament du CNLS

Monsieur le Secrétaire Permanent, le 08 novembre dernier, le Ministre de la Santé Publique a procédé dans la ville de Douala, au lancement officiel de la 1ère édition du Mois Camerounais contre le Sida, placée sous le slogan « Connaître mon statut sérologique, un défi pour ma santé». Nous voici arrivés au terme de cette 1ère édition, que retenir ?

 

Dr Jean Bosco ELAT, Secrétaire Permament du CNLS

Tout d?abord, je voudrais remercier tous les acteurs de la lutte contre le Sida qui ont ?uvré pour le bon déroulement de l?ensemble des activités organisées au cours de ce mois. Pour cette première édition du Mois Camerounais, les statistiques des descentes sur le terrain de nos Unités Mobiles indiquent que sur 55108 personnes testées dans l?ensemble du territoire national, 1134 d?entre elles ont été dépistées positives, 628 ont été référées et 128 ont été mises sous traitement. Il faut noter que ces statistiques ne concernent que les Unités Mobiles. Celles des formations sanitaires vous seront communiquées dans les prochains jours. Il faut également souligner que bien que le Mois Camerounais soit achevé, le dépistage du VIH se poursuit dans nos hôpitaux et nos équipes des Unités Mobiles qui continuent à effectuer des descentes dans les points chauds des villes des dix régions, afin de dépister le maximum de personnes.

Quels étaient les objectifs à atteindre par le CNLS au cours de cette première édition du Mois Camerounais?

Je tiens à préciser que le Mois Camerounais est une innovation majeure mise en place par le Ministre de la Santé Publique dans un contexte d?accélération de la riposte au VIH en vue de son élimination à l?horizon 2030.

Il était question au cours de ce mois, de mettre un accent particulier sur les activités qui rentrent en droite ligne du plan d?accélération de la thérapie antirétrovirale mis en place par le Gouvernement. Notamment le dépistage, la mise sous traitement et le suivi biologique des personnes sous traitement ARV. Le Mois Camerounais était donc une occasion idoine pour amener le maximum de personnes à connaître leur statut sérologique, à mettre  sous traitement toutes les personnes testées positives, à inciter à plus de solidarité envers les personnes vivant avec le VIH, à commémorer ceux et celles qui nous ont quittés et enfin, à faire passer le message de sensibilisation contre le VIH et le Sida à toute la population. 

Quelles sont les activités qui ont été mises en place pour accélérer la riposte au Sida ?                                                                  

L?organisation du Mois Camerounais était placée sous la coordination du GTC-CNLS et la supervision du MINSANTE, Président du Comité National de Lutte contre le Sida. Cette organisation a impliqué le secteur public et privé, la coopération bi et multilatérale, les partenaires techniques et financiers, et les organisations de la société civile.

Pour atteindre nos objectifs, plusieurs activités ont été menées notamment, des caravanes d?animation de masse, des productions et diffusion des spots TV et radio, des causeries éducatives avec les jeunes et les populations clés, des campagnes de dépistage et de sensibilisation dans des établissements scolaires, des entreprises, aux seins des populations clés et des formations sanitaires ; des conférences débats portant sur des sujets aussi variés que divers tels que l?importance de connaître son statut sérologique, l?intérêt du traitement et l?importance de rester sous traitement ; ? j?ai personnellement eu à intervenir dans des émissions télévisées de la CRTV et les chaînes privées partenaires. Pour une première édition, je dirais qu?un énorme travail a été abattu, cependant beaucoup reste à faire pour atteindre les 90-90-90.

Au vu justement de ce qui reste à faire, pensez-vous Monsieur le Secrétaire Permanent, que le Cameroun pourra véritablement atteindre l?objectif 90-90-90 fixé par l?ONUSIDA d?ici 2020 ?

Nous pouvons atteindre ces objectifs, je dirais même, nous devons l?atteindre et nous allons y arriver. Si certains ont pu, pourquoi pas nous ? Nous devons juste redoubler d?efforts dans la riposte à cette maladie. Et pour y arriver, tout le monde doit y mettre du sien.

» Retour au sommaire de l'actualité

Debut | Précédente | Suivante | Fin