Accueil » Toute l'actu » Le Cameroun lance la campagne «Start Fr...

Toute l'actu

Novembre
30
2016
Le Cameroun lance la campagne «Start Free, Stay Free, Aids Free »
Le Ministre de la Santé Publique et le Ministre de la Promotion de la Femme et de la Famille ont donné un point de presse à cette occasion le 30 novembre 2016 à l?hôtel Franco à Yaoundé.

Debut | Précédente | Suivante | Fin

 Ils sont près de 80 journalistes à avoir répondu présent à cette rencontre organisée par André MAMA FOUDA et Marie Thérèse ABENA ONDOA ce mercredi 30 novembre 2016 ; à l?occasion du lancement de la campagne « Start Free, Stay Free, Aids Free », en français : « Démarrer libre, rester libre, sans Sida ».


Cette campagne lancée au niveau mondial par l?ONUSIDA en collaboration avec PEPFAR, vise à ce que tous les enfants naissent et restent sans VIH (« start free », démarrer dans la vie sans le VIH), tous les adolescents et les jeunes femmes puissent se protéger contre le VIH (« stay free », rester sans VIH) et tous les enfants et les adolescents vivant avec le VIH aient accès à un traitement et des soins anti-VIH de qualité (« Aids-free », sans Sida) d?ici 2020.

 Le Ministre de la Santé Publique pense que « Arrêter les nouvelles infections à VIH chez les enfants, assurer l?accès à des traitements vitaux aux enfants et adolescents vivant avec le VIH et arrêter le cycle des nouvelles infections chez les filles et les jeunes femmes, sont des défis majeurs à relever si nous voulons avoir une génération sans sida. Ensemble, nous devons construire des digues de protection autour de ces groupes vulnérables afin qu?ils cessent d?être des victimes innocentes ou résignées du VIH et du Sida ».

 Il fait savoir que La campagne « Start free, Stay free, Aids free»  rentre en droite ligne des interventions menées conformément au plan stratégique national de Lutte contre le Sida 2014-2017, le plan d?accélération de la thérapie antirétrovirale et des nouvelles orientations de la lutte contre le Sida à l?instar de l?approche « tester et traiter », de la proposition systématique du dépistage du VIH dans les formations sanitaire, du déploiement des accompagnateurs psycho-sociaux, etc.

D?après le Ministre de la Promotion de la Femme et de la Famille, les jeunes femmes et les adolescentes sont particulièrement vulnérables au VIH. Le nombre de nouveaux cas d?infection à ce virus se recrute beaucoup plus chez les adolescentes et les jeunes femmes âgées de 15 à 24 ans. 

Selon l?ONUSIDA, les adolescentes et les jeunes femmes sont touchées de manière disproportionnée par le VIH. Parmi les nouvelles infections chez les adolescents et les jeunes âgés de 10 à 24 ans dans le monde, 65 % concernent des adolescentes et des jeunes femmes. Au Cameroun, c?est la même réalité apprend-on. « Pour inverser la tendance, les jeunes femmes doivent être impliquées de manière judicieuse dans l'élaboration des politiques et des programmes et doivent avoir accès à une éducation complète à la sexualité ainsi qu'à des services de santé sexuelle et reproductive de qualité. Il est également nécessaire de s'attaquer aux causes structurelles des inégalités. Les garçons comme les hommes doivent aussi jouer un rôle important dans la défense de l'égalité des sexes et la prévention des violences sexistes. En outre, l'existence de systèmes de suivi plus efficaces, capables de suivre les enfants et les jeunes diagnostiqués séropositifs au VIH, et la simplification de l'accès au traitement et aux soins ont été jugées indispensables », suggère Marie Thérèse ABENA ONDOA.

Pour elle, le cadre d?accélération de la riposte pour en finir avec le Sida chez les enfants, les adolescents et les jeunes femmes : « Start Free, Stay Free, AIDS-Free » va appuyer les progrès déjà accomplis, fixe des objectifs ambitieux pour éliminer les nouvelles infections chez les enfants et prévenir les nouvelles infections à VIH chez les adolescents et les jeunes femmes.  


Il s?agit également pour ce que est de la Fédération Camerounaise du Football (Fecafoot), à la faveur de l?organisation de la Coupe d?Afrique des Nations féminine dans notre pays, de galvaniser l?élan global autour d?un agenda partagé et ambitieux pour accélérer la riposte contre le Sida autour des enfants, des adolescents et des jeunes femmes qui ont besoin d?accéder à la prévention et aux services de soutien. 

» Retour au sommaire de l'actualité

Debut | Précédente | Suivante | Fin