Accueil » Toute l'actu » Mise en oeuvre de la surveillance de la ...

Toute l'actu

Mai
10
2016
Mise en oeuvre de la surveillance de la résistance du VIH aux ARV au Cameroun

Debut | Précédente | Suivante | Fin

C?est sur ce thème qu?a porté la présentation de la délégation du Cameroun à l?atelier de dissémination régionale des nouveaux guides de l?organisation mondiale de la santé, sur la prévention, les soins et le traitement pour le VIH et les hépatites qui a débuté le lundi 09 mai 2016 à Douala.

 

La présentation a été faite  par le Dr Jean Bosco ELAT NTEFAM, le Secrétaire permanant (Sp) du Comité national de lutte contre le sida (Cnls). A travers un power point, il a tout d?abord présenté comment cette initiative a été instituée et à quelle niveau elle se trouve actuellement au plan national et au plan des  districts de santé.

En effet, selon le Sp, plusieurs procédés ont contribué à la mise en place de cette initiative. Ils sont entre autres, les plaidoyers fait auprès des décideurs, des prestataires et des partenaires; la sensibilisation des acteurs, l?élaboration du 1er plan national HIV Drugs Resistants (HIVDR) en 2008 et la modification de celui-ci en 2015 ;  la mise en place d?un groupe technique de travail sur HIVDR et autres.

Dr Jean Bosco ELAT NTEFAM, le Secrétaire permanant (Sp) du Comité national de lutte contre le sida du Cameroun

 

Grâce à l?adoption de cette initiative, de nombreux résultats ont été relevés, à savoir : la pratique des prescriptions à travers le renforcement de l?institutionnalisation du Comité thérapeutique dans les Centres de Traitement Agréés et les Unités de Prise En Charge (UPEC), l?accréditation d?un laboratoire national par l?OMS, le renforcement de stratégies de rétention avec intensification de l?aide à l?observance et la décentralisation des centres de prise en charge, le renforcement et l?harmonisation du circuit d?approvisionnement et d?harmonisation des protocoles nationaux? Cependant, cela ne s?est pas fait sans difficultés. L?insuffisance de capacités techniques nationales, les coûts élevés des enquêtes, le coût élevé des génotypages et la faible implication des partenaires ont contribué au  ralentissement de cette initiative.

Face à ces difficultés, des stratégies pratiques d?accélération de la mise en ?uvre sont en cours. Il s?agit entre autres des plaidoyers et des mobilisations des partenaires autour de la problématique de la prévention et la surveillance de la résistance, l?intégration des Indicateurs d?alerte Précoces (IAP) dans le système de collecte des données de routine dans les sites de prise en charge des personnes vivant avec le VIH, le renforcement des capacités des acteurs régionaux et districts pour un meilleur suivi, l?intensification des actions des Groupe Technique HIVDR?

Cette présentation a grandement été appréciée par l?assistance pressente. Les travaux de cet atelier se poursuivent et vont s?achever vendredi prochain.

» Retour au sommaire de l'actualité

Debut | Précédente | Suivante | Fin