Semaine Camerounaise et Journée Mondiale contre le Sida
L’idée d’instituer une Journée Mondiale contre le Sida est née de la volonté à sensibiliser toute la communauté internationale autour de ce fléau qui ne cesse de gagner du terrain au jour le jour. Dans ce sens, l’Organisation Mondiale de la Santé a lancé la première Journée Mondiale contre le Sida en 1988.
12/13/2017 - 09:54

L’idée d’instituer une Journée Mondiale contre le Sida est née de la volonté à sensibiliser toute la communauté internationale autour de ce fléau qui ne cesse de gagner du terrain au jour le jour. Dans ce sens, l’Organisation Mondiale de la Santé a lancé la première Journée Mondiale contre le Sida en 1988. Depuis lors, cette journée est devenue l’une des plus réussies dans le monde en termes de mobilisation populaire. Il est à rappeler que cette journée se célèbre le 1er décembre de chaque année.

Le thème de la Journée Mondiale contre le Sida 2012 était « Zéro nouvelle infection à VIH. Zéro discrimination et zéro décès liés au Sida ». Fidèle à sa tradition d’organiser chaque année depuis 2001, la Semaine Camerounaise contre le Sida, le Comité National de Lutte contre le Sida a lancé du 26 au 30 novembre 2012, une semaine d’activités de sensibilisation d’envergure nationale sur toute l’étendue du territoire sous le slogan « Jeunes et dépistage du VIH, vers une génération sans Sida » Bon à savoir, la Semaine Camerounaise contre le Sida est une occasion idoine pour chaque camerounais de faire passer le message de sensibilisation contre le VIH et le Sida, d’inciter à plus de solidarité envers les personnes vivant avec le VIH, de réfléchir sur les ravages que cause cette maladie, et de chercher des voies et moyens susceptibles à son éradication.

De manière générale, la célébration de la Semaine Camerounaise de cette année a concentré la plupart des activités sur les jeunes, particulièrement vulnérables à cette infection. L’objectif était de faire prendre conscience de la vulnérabilité à cette franche de la population. Il a été aussi question d’amener ces jeunes à se faire dépister, car connaître son statut sérologique après un bon conseil, permet aux personnes séronégatives de garder leur statut sérologique et de donner des conseils à d’autres personnes et aux personnes  séropositives, le dépistage permet de prendre conscience du risque de  contaminer d’autres personnes et même de se réinfecter. Cela permet aussi d'adopter une hygiène de vie appropriée, d’être régulièrement suivi et de bénéficier d’une prise en charge précoce et gratuite par les ARV.

S’agissant du thème du 1er décembre proprement dit, et selon le Ministre de la Santé Publique, André MAMA FOUDA, « l’ambition de toute la communauté internationale est de tout faire afin que les nouvelles infections ne soient plus enregistrées et qu’un nombre croissant de personnes infectées entament le traitement à temps. De même, chacun de nous doit se sentir interpellé à plus de solidarité envers les personnes infectées par le VIH qui doivent cesser d’être considérées avec un regard accusateur, inquisiteur, interrogateur ou coupable, bref comme des parias de la communauté. Etre porteur du VIH aujourd’hui n’évoque plus la condamnation au regard de l’espoir qui est désormais permis. »

Dr ELAT NFETAM Jean Bosco
Secrétaire Permanent du Comité National de Lutte contre le Sida

Fallait-il créer un site pour le Comité National de Lutte contre le Sida (CNLS) ? C'est la

Galerie Photos

NEWS LETTER

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

SONDAGE