Extrait du discours du MINSANTE à l’occasion de Semaine Camerounaise et Journée Mondiale contre le SIDA 2012
Le 1er décembre 2012, le Cameroun se joindra au reste de la communauté internationale pour célébrer avec faste et solennité, la Journée Mondiale contre le SIDA instituée en 1988 par les Nations-Unies.
12/13/2017 - 12:27

Le 1er décembre 2012, le Cameroun se joindra au reste de la communauté internationale pour célébrer avec faste et solennité, la Journée Mondiale contre le SIDA instituée en 1988 par les Nations-Unies. 
En prélude à cette célébration placée cette année sous le thème « Zéro nouvelle infection à VIH. Zéro discrimination et zéro décès liés au SIDA», le même que l’année dernière, le Comité National de Lutte contre le SIDA, structure de coordination de la lutte contre cette pandémie au niveau national, envisage, comme de tradition, d’organiser du 26 au 30 novembre 2012, une semaine d’activités de sensibilisation d’envergure nationale sous la dénomination usuelle de « Semaine Camerounaise contre le SIDA» placée cette année sous le slogan « Jeunes et dépistage du VIH, vers une génération sans SIDA ».

De manière générale, la célébration de la Semaine Camerounaise de cette année concentre la plupart des activités sur les jeunes, particulièrement vulnérables à cette infection. L’objectif est de faire prendre conscience de la vulnérabilité à cette frange de la population, qui est considérée à juste titre, comme « le fer de lance de la nation» par le Chef de l’Etat, Son Excellence Monsieur Paul BIYA. Il est question d’amener ces jeunes à se faire dépister, car connaître son statut sérologique après un bon conseil, permet aux personnes séronégatives de garder leur statut sérologique négatif et de donner des conseils à d’autres personnes et aux personnes séropositives, le dépistage permet de prendre conscience du risque de contaminer d’autres personnes et même de se réinfecter. Cela permet aussi d'adopter une hygiène de vie appropriée, d’être régulièrement suivi et de bénéficier d’une prise en charge précoce et gratuite par les ARV. Si les jeunes filles et les jeunes hommes respectent ces prescriptions à la lettre, le Cameroun pourrait espérer d’une génération sans SIDA dans les prochaines années.

La Semaine Camerounaise est l’occasion idoine de faire passer le message de sensibilisation contre le VIH et le SIDA, d’inciter à plus de solidarité envers les personnes vivant avec le VIH. Le but final étant de donner l’espoir d’une vie meilleure aux personnes infectées et affectées grâce aux efforts du Gouvernement pour l’accès aux soins, à l’engagement de la communauté financière internationale et aux avancées scientifiques en matière de recherche sur le VIH et le SIDA. Cette Semaine constitue à n’en point douter, un moment fort de mobilisation des acteurs, et de renforcement des synergies indispensables à la victoire contre la pandémie du VIH.

S’agissant du thème du 1er décembre proprement dit, l’ambition de toute la communauté internationale est de tout faire afin que les nouvelles infections ne soient plus enregistrées et qu’un nombre croissant de personnes infectées entament le traitement à temps. De même, chacun de nous doit se sentir interpeller à plus de solidarité envers les personnes infectées par le VIH qui doivent cesser d’être considérées avec un regard accusateur, inquisiteur, interrogateur ou coupable, bref comme des parias de la communauté. Etre porteur du VIH aujourd’hui n’évoque plus la condamnation au regard de l’espoir qui est désormais permis.

En outre, nous devons ensemble, pour ce qui est de la prévention, mettre un accent particulier sur l’intensification des campagnes de sensibilisation en direction des groupes cibles prioritaires tels que les jeunes, les femmes, les hommes en tenue, les professionnels du sexe, etc. La Transmission verticale du VIH de la Mère à l’Enfant doit également être une priorité non négligeable. L’objectif du Gouvernement de la République est de faire de ce volet de la lutte un service de base dans toutes les formations sanitaires offrant la consultation prénatale. Des efforts urgents de sensibilisation des femmes en âge de procréer et des communautés doivent être mis en place pour une meilleure utilisation des services de santé.

Dr ELAT NFETAM Jean Bosco
Secrétaire Permanent du Comité National de Lutte contre le Sida

Fallait-il créer un site pour le Comité National de Lutte contre le Sida (CNLS) ? C'est la

Galerie Photos

NEWS LETTER

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

SONDAGE